Bataille autour de l’album « Hotel California »

Le leader du groupe de rock Eagles accuse trois hommes d’avoir cherché à vendre une centaine de pages volées de notes manuscrites de l’album des Eagles. Alors que le procès a ouvert lundi dernier, le leader du groupe de rock, Don Henley, s’est présenté comme la victime d’une « extorsion » face à  trois hommes qu’il accuse d’abus. Le projet est sorti en 1976, il avait été classé numéro 1 au Billboard Hot 100, et continue de marquer les esprits. Comme chaque projet musical, avant d’arriver à la version finale, il existe une version manuscrite ou un brouillon comme on l’appelle qui est une ébauche du titre ou de l’album et qui permet aux artistes de mieux ficeler leur projet.

Bataille autour de l’album « Hotel California »
Bataille autour de l’album « Hotel California »

Dans ce cas, il ‘s’agit des « pages griffonnées, figurant dans de grands carnets, le produit de notre travail, les choses stupides qu’on écrit chaque fois avant d’arriver à l’œuvre finale », a déclaré Don. Selon lui, ses pages « premières » de Hotel California, « n’étaient pas destinées à être vues ni montrées ». Les trois hommes accusés, Craig Inciardi et Edward Kosinski et Glenn Horowitz comparaissent pour possession criminelle de biens volés en ce qui concerne les deux premiers et pour tentative en ce qui concerne Glenn. Tous ont plaidé non coupable et réfutent toute action illégale, disant avoir acquis légalement les pages citées. L’affaire remonte à la fin des années 1970, quand un auteur, engagé par le groupe de rock californien pour écrire sa biographie, se voit confier les notes, qu’il ne restituera jamais. D’après le parquet de Manhattan, l’auteur finira par vendre les pages en 2005 à Glenn Horowitz, un marchand de livres rares, qui les cédera ensuite à Craig Inciardi et à Edward Kosinski. Le procès doit durer quelques semaines avant de rendre son verdict.

Laisser un commentaire