L’industrie musicale sud-africaine a généré 113 millions de dollars en 2020

L’industrie musicale sud-africaine était évaluée à plus de 2 milliards de rands, soit 113 millions de dollars en 2020. C’est selon un rapport du collectif d’entreprises musicales panafricaines Sounds of the South (SOTS).

La première édition du rapport annuel a été officiellement publiée cette semaine. Il évalue l’économie de l’industrie musicale sud-africaine en examinant en profondeur les revenus générés par un certain nombre d’organisations sur la base de leurs rapports financiers. L’un des principaux objectifs de l’étude est d’encourager des discussions approfondies entre les parties prenantes de l’industrie.

L’étude se concentre sur les organisations de gestion collective (OGC) en fournissant un compte rendu de la valeur réelle en rand de leurs activités d’octroi de licences, ce qui en fait un rapport unique en son genre à être compilé en Afrique du Sud.

SOTS, qui est un réseau de conservateurs et de professionnels de l’industrie de la musique qui rassemble des créatifs de toute l’Afrique australe, déclare que ces informations sont essentielles pour une évaluation continue de la performance de l’industrie de la musique ainsi que pour voir ce qui peut être fait d’autre pour améliorer les processus au sein de l’industrie.

Les sources traditionnelles de revenus de publication autres que le streaming ont représenté 75% de tous les revenus générés au cours de cette année, indique le rapport. Malgré une baisse des perceptions d’environ 9,9 % dans le monde, les CMO locaux ont rendu 900 millions de rands en redevances en 2020 – les trois principaux collecteurs de redevances étant la Southern African Music Rights Organization (52 %), la Composers, Authors and Publishers Association (25,2 %) et la South African Association des droits d’interprétation musicale (18,6%).

Les autres contributeurs ont collecté moins de 5 % du total des redevances perçues : RiSA Audio Visual (2,5 %), l’association Independent Music Performance Rights (IMPRA) (1,1 %) et l’Association of Independent Record Companies South Africa (0,5 %). Cependant, ce chiffre a été limité par l’absence de rapports financiers et est donc basé sur les données de la SABC comme dans le cas de l’IMPRA.

Les CMO sud-africains ont cumulé 1,5 milliard de rands en redevances à la clôture de leurs exercices respectifs. Pendant ce temps, plus de 760 millions de rands ont été générés en revenus d’édition dans l’industrie en 2020. Cela comprend les licences directes des fournisseurs de services numériques, qui ont contribué à environ 25 %, ainsi que les redevances de synchronisation perçues directement par les titulaires de droits, qui ont été estimées au double de la valeur perçue pour les revenus d’enregistrement sonore.

L’industrie du disque est évaluée à 787 millions de rands ou 50,7 % des revenus totaux de l’industrie. Celui-ci regroupe à la fois les artistes indépendants et les bricoleurs, et contribue un peu plus que l’édition (49,3 %).

Une autre constatation clé était que les secteurs de l’édition et de l’enregistrement étaient presque égaux en taille (50,7 % contre 49,3 %) dans l’industrie locale. Ceci est inhabituel lorsqu’il est juxtaposé aux bénéfices sur les marchés internationaux de la musique où les revenus d’enregistrement surpassent généralement ceux de l’édition.

Francois Gael Mbala

Editeur, auteur et journaliste de nationalité camerounaise. Passionné de musique, je traduis régulièrement cet amour dans ce projet que je dirige depuis 2019. Email : mbalafrancoisgael@gmail.com Téléphone : +237 690 644 587

Learn More →

Laisser un commentaire