Ouganda : Un groupe d’artiste appelle à la révision des conditions de rémunération des tonalités d’appels sur mobile

Le Forum culturel national (FCN) a appelé à un examen de la formule de partage des revenus générés par les tonalités d’appels en Ouganda afin de permettre aux artistes de bénéficier de leurs œuvres.

Le groupe de pression des artistes affirme que les conditions actuelles sont abusives, dans la mesures où les artistes gagnent moins que le gouvernement, les agrégateurs (fournisseurs de services) et les entreprises de télécommunications.

Dans une interview avec The Daily Monitor, le vice-président de la FCN, Charles Batambuze, a déclaré que le processus de partage injuste des revenus dans les accords des CRBT devait être revu de toute urgence : « Chaque CRBT coûte 700 Ush (0,18 $), dont le gouvernement prend 50%. Cela se traduit par Ush350. Les opérateurs de télécommunications repartent avec 35 % ou Ush245, et l’agrégateur empoche 13,2 % ou Ush92, 4. Cela laisse le musicien avec un maigre 1,8 % ou 12,6 Ush avant impôt ».

Selon lui, les données collectées par le FCN montrent qu’en 2019, les télécoms ont collecté 78 milliards d’Ush (20 millions de dollars) en CRBT, dont 50% ont été pris par le gouvernement.

Le FCN demande maintenant au gouvernement d’accorder aux artistes 60% des revenus, le reste se partageant les 40% restants. Batambuze a expliqué que la raison de la pétition est que le gouvernement doit repenser la valeur de l’économie créative de l’Ouganda et sa contribution à la société.

Rhona Arinaitwe, responsable principale des communications et de la gestion des parties prenantes de MTN Ouganda, a fait savoir que son entreprise avait engagé un fournisseur (agrégateur) pour gérer les CRBT en son nom. « Le fournisseur de la plate-forme gagne 20 % des revenus bruts d’Ush700. MTN prélève ensuite 20 % sur les revenus bruts pour couvrir les coûts de traitement. Le gouvernement repart avec 30% de taxes pour la taxe sur la valeur ajoutée, soit 18% et 12% pour les droits d’accise ».

Outre la répartition biaisée des revenus, l’autre problème, selon les experts du secteur, découle du fait que les fournisseurs de services ne divulguent pas l’intégralité des artistes lorsqu’ils concluent des contrats avec eux. En tant que tels, les artistes vendent involontairement leurs droits aux distributeurs et aux managers et ils n’ont légalement pas le droit de se plaindre lorsque leur musique est distribuée.

Peu de musiciens, a déclaré Batambuze, comprennent comment fonctionne l’entreprise. En conséquence, plusieurs ont vu leurs œuvres distribuées par des inconnus sans les rémunérer.

Enock Kateete, le manager du groupe ougandais B2C, a révélé que le groupe a été victime d’un agrégateur peu scrupuleux qui a refusé de payer ses prestations quatre après avoir conclu un contrat. « Nous avons essayé de poursuivre le paiement, mais l’agrégateur a continué à jouer à des jeux et nous avons choisi de rejeter l’accord que nous avions précédemment conclu avec lui », a déclaré Katete.

La Rédaction

<strong>www.actumusikafrika.com</strong> est un site d'informations sur l'actualité de l'industrie musicale africaine. Il est tenu par des professionnels, passionnés et formés. Pour toutes sollicitations, veillez contacter notre rédaction par mail <em><strong>actumuzik@gmail.com </strong></em>ou par WhatsApp<em><strong> +237 674 014 142</strong></em>

Learn More →

Laisser un commentaire