Quatre stars de la chansons africaines figurent dans le top 200 plus grands chanteurs de tous les temps au classement de Rolling Stone

Des grands noms de la musique africaine, dont le fondateur d’Afrobeat Fela Kuti, le ténor sénégalais Youssou N’Dour, la puissance vocale sud-africaine Miriam Makeba et la star de l’afro-fusion Burna Boy ont été nommés dans la liste des 200 meilleurs chanteurs de tous les temps de Rolling Stone.

Rolling Stone a déclaré que les occupants de la liste, qui comprend d’autres icônes pop mondiales telles que Beyoncé, Prince, Aretha Franklin, Cher, Whitney Houston, Sam Cooke, Billie Holiday, Ray Charles et Stevie Wonder, ont été sélectionnés en fonction de « l’originalité, l’influence, le la profondeur du catalogue d’un artiste et l’étendue de son héritage musical. Il a ajouté que cette mise à jour a été compilée par le personnel et les principaux contributeurs, englobant « 100 ans de musique pop en tant que conversation mondiale continue ».

La dernière compilation de la publication américaine fait suite à celle de 2008 comprenant les 100 plus grands chanteurs de tous les temps », qui, selon elle, a été réalisée via « un processus de vote élaboré qui comprenait la contribution de musiciens bien connus ».

Fela était classé 188e, tandis que N’Dour, Makeba et Burna Boy occupaient respectivement les 69e, 53e et 197e positions.

Rolling Stone décrit Fela comme quelqu’un qui, « à travers sa musique, partageait une vision panafricaine anticolonialiste et défiait le gouvernement militaire corrompu du Nigeria, qui le soumettait régulièrement, ainsi que ceux qui l’entouraient, à d’immenses dommages ». N’Dour a été qualifié de « aussi imposant que le jeune Michael Jackson », tandis que Makeba est « une fontaine de personnalité vocale ». On dit que la voix de Burna Boy est « douce comme du caramel… elle peut aussi s’envoler sur des morceaux produits avec brio… »

Parmi les autres musiciens africains qui figurent sur la liste figurent le chanteur sud-africain de mbaqanga Mahlathini (153), la star égyptienne Umm Kulthum (61) et le chanteur de soul anglo-nigérian Sade Adu (51).

La publication estime que Mahlathini est « une figure sans égal dans l’histoire de la musique sud-africaine, dotée d’un gémissement de basse profonde et d’un sens conscient, ludique, parfois diaboliquement incisif de ce qu’il faut en faire ».

Kulthum, d’autre part, possède un « puissant contralto, qui pourrait brouiller le genre dans son registre inférieur, transmettre une gamme émotionnelle à couper le souffle dans des chansons complexes qui, à travers le thème et les variations follement ornées, pourraient facilement durer une heure, alors qu’elle travaillait des foules comme un fougueux prédicateur ».

La publication indique que Sade est à l’origine d’un « cool langoureux » qui « a le don de rendre tout le monde histrionique ».

Clarence Djoukouo

Je ne suis pas journaliste. J'aime écrire sur ce que j'aime. Il se trouve que j'ai la musique.

Learn More →

Laisser un commentaire