Découvrez l’album « Beja Power », une bande originale de la révolution soudanaise

Plongez dans Beja Power de Noori & His Dorpa Band ! Electric Soul & Brass de la côte soudanaise de la mer Rouge.

Fin 2021, Ostinato Records est retourné à Khartoum, au Soudan, peu de temps après un coup d’État militaire en novembre et des manifestations à l’échelle du pays pour capter le son d’une révolution démocratique en cours et inspirante qui a commencé en 2019.

En faisant défiler le TikTok soudanais, nous avons repéré un groupe mystérieux à Port Soudan, une ville sur la côte de la mer Rouge et le plus grand port du pays. Une courte vidéo sur les réseaux sociaux a ouvert les portes d’un monde que peu ont aventuré, et encore moins entendu, un monde qui réoriente notre compréhension de l’histoire ancienne et renforce politiquement le présent.

Au début des années 1990, un jeune musicien nommé Noori s’est aventuré près des casses de Port-Soudan pour trouver le manche bien conservé d’une guitare, un instrument peu commun dans ces régions. Il a ensuite reçu un tambour vintage des années 70, un instrument traditionnel à quatre cordes gratté dans toute la région, par son père, un instrumentiste de renom. En utilisant sa propre technique spéciale de soudure et d’accordage, Noori a forgé les deux et a donné naissance à une guitare tambo électrifiée, le seul hybride de ce type qui existe.

Alors âgée de seulement 18 ans, Noori était motivée par une cause passionnée pour garder la musique de Beja (prononcez Bee-Jah) vivante et fraîche. La culture Beja est peu connue, pour des raisons très délibérées. Leurs terres dans l’est du Soudan, au bord de la mer Rouge, sont bénies et maudites par de vastes gisements d’or, en grande partie vendus à des sociétés étrangères. Les gouvernements soudanais successifs ont fermé les yeux sur les appels de Beja à la reconnaissance et à l’accès à la richesse minière de leur propre sol.

Sous le règne sévère de l’ancien homme fort du Soudan, Omar al-Bashir, une campagne a été menée pour effacer la langue, la musique et la culture beja et nier le droit à une vie digne. Leurs conditions ont peu changé depuis l’éviction de Bashir en 2019.

La communauté Beja est à l’avant-garde du changement politique au Soudan depuis des décennies et Noori pense qu’un déchaînement de la musique Beja constituerait l’acte de résistance le plus puissant, conformément à la fermeture rebelle du plus grand port du Soudan, une manifestation régulière de désobéissance civile par Beja militants dans leur quête d’équité et de justice.

Il s’agit de la toute première sortie internationale du son Beja, un portail de six pistes vers un autre temps et un autre lieu, de mélodies oubliées depuis longtemps et jamais interprétées auparavant par un ensemble électrique et de cuivres. Béja Power ! est une archive vivante des chansons de Beja les plus belles et les plus sincères, chacune composée à une étape différente de sa longue histoire, chacune dans son propre monde.

Une communauté vraiment ancienne, Beja retrace son ascendance depuis des millénaires. Certains historiens disent qu’ils font partie des descendants vivants de l’Égypte ancienne et du royaume de Koush. Ils sont même représentés dans les hiéroglyphes.

Les mélodies de Beja – nostalgiques, pleines d’espoir et douces, ambiguës et honnêtes – ont des milliers d’années, ce qui explique une composition évocatrice comme « Qwal » et l’imagerie mystifiante et royale des cours du pharaon qu’elle évoque. Pourtant, leurs sons rappellent également «Misirlou» de Dick Dale en 1963 et «Meci Bon Dieu» du grand jazz Charlie Rouse en 1968.

Cet album pourrait avoir 6 000 ans, 60 ans ou six mois et la seule différence serait les instruments utilisés – et seul un instrument vraiment spécial est digne de la cause Beja : la guitare tambo de Noori.

Avec son Dorpa Band, formé en 2006, leur musique instrumentale Beja forme le dernier maillon d’une chaîne ininterrompue d’un son hérité et saisissant qui est local comme global, un cadeau d’un passé riche en histoires et les échanges des voyageurs bien voyagés. , légendaire Mer Rouge.

La soul électrique, le blues, le jazz, le rock, le surf, voire des notes de country, parlent couramment des styles et des accords qui pourraient être touaregs, éthiopiens, péruviens ou thaïlandais, le tout ancré par des grooves soudanais hypnotiques et le sax ténor impeccable et obsédant de Naji. Le monde est littéralement logé dans la musique Beja.

En collaboration avec Ogali Creative Events Company de Khartoum, Ostinato Records est honoré d’apporter le son Beja presque oublié dans toute sa nostalgie, sa douceur, son honnêteté et sa puissance, enregistré et maîtrisé pour maintenir la chaleur de l’esthétique signature du Soudan, à votre système de sonorisation.

Cet album témoigne de la capacité intemporelle de la musique à réaligner l’oreille et le cœur du monde sur la lutte durable d’un peuple longtemps marginalisé, garantissant que la culture Beja, leur véritable or, ne soit plus jamais jetée dans les tas de ferraille de son propre pays ou de son histoire. Il y a, comme le titre « Al Amal » se traduit en anglais, de l’espoir.

La Rédaction
La Rédaction

www.actumusikafrika.com est un site d’informations sur l’actualité de l’industrie musicale africaine. Il est tenu par des professionnels, passionnés et formés. Pour toutes sollicitations, veillez contacter notre rédaction par mail actumuzik@gmail.com ou par WhatsApp +237 674 014 142

La Rédaction

<strong>www.actumusikafrika.com</strong> est un site d'informations sur l'actualité de l'industrie musicale africaine. Il est tenu par des professionnels, passionnés et formés. Pour toutes sollicitations, veillez contacter notre rédaction par mail <em><strong>actumuzik@gmail.com </strong></em>ou par WhatsApp<em><strong> +237 674 014 142</strong></em>

Learn More →

Laisser un commentaire

Contactez-nous