Le manager camerounais Robinson Piffo risque la prison

Depuis la date du 16 novembre, celui qu’on présente comme « manager des stars », Robinson Piffo publie des messages alarmants sur sa page Facebook, dans lesquels il dit subir des pressions susceptibles de le conduire en prison.

Dans une série de texte abondamment partagés dans les réseaux sociaux, Piffo écrit : « L’erreur de ma vie : j’ai investi mon argent, mon temps, mon énergie, mes relations pour donner le succès à une artiste qui se retourne contre moi aujourd’hui avec l’appui d’un député de ce pays pour abuser de mes droits », lit-on d’entrée de jeu.

Dans les détails, le « faiseur des artistes » explique qu’il a fourni des efforts pour le succès de Queencie, l’une des web-comédiennes les plus populaires aujourd’hui au Cameroun. Sauf que lorsqu’il décide de formuler un contrat en bonne et due forme pour mieux développer le partenariat, le comportement de la jeune fille change, au point où d’autres acteurs se sont saisis de l’affaire pour lui nuire.

« La première fois j’ai été séquestré dans mes bureaux devant mes employés sans convocation, sans mandat de perquisition ou d’amener par les éléments de la Police Judiciaire de Bonanjo , après avoir présenté toutes mes preuves les plaignants ont abandonné le dossier ils ont eux-mêmes supplier avec toute la honte du monde pour s’excuser car les éléments de la PJ n’étaient pas d’accord de cette injustice on m’a relâché, par derrière ils ont encore amené le même problème avec les mêmes motifs de plainte au Groupement on m’a encore convoqué j’y suis allé grande a été ma surprise de constater que c’était le même plaignant mais ici L‘ENQUÊTEUR DOIT AVOIR REÇU DES ORDRES ( Menacez le , forcez c’est gars à reconnaître tous les motifs de la plainte ) j’ai dit non je préfère mourir ils ont transféré le dossier au Parquet de Ndokoti le procureur nous a écouté et à décider d’envoyer le dossier à la barre mais depuis quelques jours j’ai des informations comme quoi la pression vient de Yaoundé qu’on me jette en prison . Donc je dois vivre caché dans mon propre pays, mes activités subissent un ralentissement à cause de vous j’ai abandonné mon entreprise depuis des semaines avec mes employés à cause de vous parce que vous voulez m’arrêter, me torturer et me jeter en prison pour rester gagner tous les millions qui arrivent là que j’ai travaillé depuis la base », raconte Piffo.

Pour conclure, Robinson Piffo dit être prêt à mourir pour son « business ». Il promet de tout faire pour rentrer dans ses droits malgré la pression extérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.