Un producteur ghanéen traine la CAF en justice pour violation du droit d’auteur

Le producteur et diffuseur ghanéen Nkrumah poursuit en justice  la Confédération africaine de football (CAF) trois ans après avoir appelé l’instance dirigeante sur Twitter pour avoir utilisé une bande originale qu’il a produite sans autorisation.

Dans une série de tweets de juillet 2019, Nkrumah a accusé la CAF d’utiliser son morceau « Spiky-Okomfo Anokye » pour du matériel promotionnel avant les CAF Awards 2018 et de ne pas l’avoir payé.

« Un jeune producteur, travaillant dur pour joindre les deux bouts, le moins que l’on puisse faire, une sorte de rémunération, pour motiver et inspirer. Mais non! Ils m’ont simplement ignoré », a déclaré Nkrumah.

Selon de récents documents judiciaires consultés actumusikafrika.com, Nkrumah veut que la CAF admette l’utilisation « flagrante et effrontée » de sa chanson sans son consentement. Il demande également le règlement de dommages-intérêts et de frais de justice pour violation de ses droits de propriété intellectuelle.

Selon l’artiste, en « transmettant lesdits supports promotionnels dans le monde entier et sur toutes les plateformes de médias sociaux du premier défendeur à des heures d’antenne commercialement viables, les défendeurs étaient assurés d’une audience et de revenus maximaux grâce à un parrainage maximal tandis que le demandeur qui a investi tant de temps, d’énergie et de ressources pour composer et produire ladite musique rythmique/instrumentale a perdu l’opportunité d’exploiter son œuvre protégée par le droit d’auteur à la fois pour des avantages économiques et pour la reconnaissance et s’est plutôt « retrouvé avec le petit bout du bâton ».

Dans le cadre de sa défense déposée cette semaine, la CAF a reconnu ne pas avoir obtenu le consentement préalable pour l’utilisation de la bande originale, qui était « disponible en ligne en téléchargement gratuit sans aucune restriction ni condition, à utiliser pour les illustrations publiées sur les plateformes de médias sociaux de la CAF ».

La Confédération nie par ailleurs  avoir utilisé la bande originale à des fins commerciales, car les prix étaient un évènement à but non lucratif. La CAF a déclaré avoir retiré l’œuvre d’art avec la musique de fond de Nkrumah de toutes ses plateformes de médias sociaux et s’est excusée le jour même où la réclamation du plaignant a été portée à leur attention.

« Je ne voudrais pas faire de commentaire parce que l’affaire est devant les tribunaux, mais ce n’est pas simplement un règlement que je recherche. Mes droits doivent être revendiqués et c’est pourquoi je suis devant le tribunal. La propriété intellectuelle est respectée dans d’autres juridictions. Ils se démèneraient pour régler le problème aussi vite que possible s’il s’agissait d’un artiste international, mais cela a pris trois ans », a déclaré l’artiste.

Les parties en conflit doivent revenir devant le tribunal en octobre.

Francois Gael Mbala

Editeur, auteur et journaliste de nationalité camerounaise. Passionné de musique, je traduis régulièrement cet amour dans ce projet que je dirige depuis 2019. Email : mbalafrancoisgael@gmail.com Téléphone : +237 690 644 587

Learn More →

Laisser un commentaire