Des musiciens tanzaniens organisent un concert de collecte de fonds contre les Violences basées sur le genre

L’Union européenne et les Nations Unies en Tanzanie organiseront un concert de collecte de fonds pour la prévention et la sensibilisation à la violence sexiste (VBG) à l’hôtel Serena de Dar es Salaam le 8 décembre.

Les musiciens programmés pour se produire lors de l’événement comprennent Seghito, Shika Ndoto Allstars, Nuri Bedja, Ben Pol, Siti and the Band, Nandy et Tofa Jaxx. Certains des musiciens sur le projet de loi ont récemment enregistré une chanson intitulée « Usawa » dans le but de sensibiliser le public à la violence sexiste.

L’événement comprendra une cérémonie de remise des prix pour marquer la campagne des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre, qui a été officiellement lancée le 25 novembre. La campagne se déroulera jusqu’au 10 décembre et coïncide avec la Journée des droits de l’homme. Les organisateurs récompenseront des individus et des organisations exceptionnels pour leur rôle dans la sensibilisation à la VBG dans la musique, la santé, la religion et le secteur privé.

L’organisatrice de l’événement, Cécile Frobert, responsable de la coopération et des affaires culturelles à l’ambassade de France en Tanzanie, a déclaré à Music In Africa que les fonds collectés lors de l’événement seraient distribués à six ONG pour autonomiser les femmes et les jeunes filles dans les communautés grâce à des informations structurées sur la VBG.

Frobert soutient que la GVB peut être évitée en croyant les survivants, en adoptant des approches globales et inclusives qui s’attaquent aux causes profondes, en transformant les normes sociales néfastes et en autonomisant les femmes et les filles.

« Le problème des VBG est non seulement dévastateur pour les survivants de VBG et leurs familles, mais entraîne également des coûts sociaux et économiques élevés. L’accès à la justice en tant que victime est un défi en Afrique comme en Europe et en France. Je l’ai vécu : quatre ans de combat pour être entendu et pour obtenir une condamnation pour un violeur en France et beaucoup d’argent dépensé avec des avocats. Qui a l’énergie et l’argent pour le faire? Très peu de victimes » a déclaré Frobert.

Seghito, qui est également chercheuse et militante des droits des femmes, affirme que la réduction de la violence à l’égard des femmes et des filles nécessite une approche communautaire à plusieurs volets et un engagement soutenu avec de multiples parties prenantes.

« La raison pour laquelle la violence basée sur le genre, quelle qu’en soit la forme, continue de prospérer est que la société a normalisé de tels actes. En général, les femmes sont considérées comme le sexe faible, même pour ceux qui sont instruits et qui soutiennent la famille. Je suis incroyablement passionnée par l’autonomisation des femmes parce que je prends une position dure contre l’inégalité des sexes. En tant qu’artiste qui n’est pas très célèbre, j’essaie de créer des opportunités pour les femmes et de rugir afin que dans mille ans une autre femme n’ait pas à essuyer ses larmes en se demandant où dans l’histoire elle a perdu sa voix », a-t-elle déclaré.

Le 8 décembre également, l’ambassade d’Allemagne avec la GIZ Tanzanie et la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) organisera un forum régional et un dialogue pour relever les défis de la lutte contre la violence basée sur le genre aux niveaux national et régional. La conférence réunira des parties prenantes de l’EAC et de ses organes, l’Assemblée législative de l’Afrique de l’Est, des ONG travaillant à lutter contre la violence basée sur le genre, des universités, des médias et des parties prenantes de l’espace public et civique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.