Kareyce Fotso, Valsero… des artistes camerounais apportent du soutient à Nathalie Koah

Ces messages de soutien arrivent au moment où une certaine diaspora camerounaise menace de boycotter un évènement de l’influenceuse Nathalie Koah à Paris.

Une lettre signée du groupe baptisé « brigade anti-sardinards » qui lutte contre les Camerounais n’ayant pas soutenu l’homme politique Maurice Kamto lors de la présidentielle 2018, invite l’entrepreneure à annuler son « meet and great » de Paris. Une démarche que les artistes considèrent comme une confusion de combat.

Kareyce Fotso a prône l’amour

L’artiste dans une publication sur sa page Facebook, met en avant les actions de ces jeunes femmes, à l’exemple de Muriel Blanche qui a scolarisé 10 enfants à travers le Cameroun cette année : « Notre Pays est déjà profondément divisé, et la haine est de plus en plus forte entre les enfants d’une même nation que nous sommes. Nos sœurs Nathalie Koah et Muriel Blanche se battent tous les jours comme la majorité des jeunes de notre pays pour s’en sortir. Vous ne pouvez pas être un frein à leur épanouissement. Pour résoudre les problèmes du Cameroun, il vaut mieux multiplier des actes d’amour à l’adresse de chacun de nos frères et sœurs. Car notre Pays est autant en dérive parce que le mal a supplanté l’amour dans nos cœurs. Nathalie et Murielle sont vos sœurs, et les boycotter ne les rapprochera pas de la cause que vous dites défendre. Bien plus, cet acte construira davantage de haine dans des cœurs qui, peut-être, étaient disposés autrefois à entendre les messages que vous souhaitez faire passer », a-t-elle écrit.

Le rappeur Xzafrane recentre le débat

« Ce n’est pas parce qu’on fait un post sur Facebook qu’on est forcément indigné de façon sincère. Ce n’est non plus parce qu’on ne fait pas un post pour condamner un acte qu’on n’est pas touché. Parfois les grandes douleurs sont muettes. Et il faut admettre que chacun a selon son secteur d’activité et ses compétences, sa façon à lui de contribuer au combat pour un Cameroun meilleur. Chers frères de la BAS ces méthodes barbares ne sont pas dignes du nouveau Cameroun qu’on souhaite tous bâtir. Laissez ces sœurs Muriel Blanche & Nathalie Koah vaquer tranquillement à leurs occupations, il y’a mieux à faire. Évitons de nous tromper d’ennemi, les ennemis du changement on les connais tous, c’est eux qui mettent à mal la paix et la cohésion sociale. Le peuple n’est qu’une victime. » a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Valsero en sapeur-pompier

Dans une longue vidéo, le général Valsero appelle ses soutiens à l’apaisement : « Que ce qui nous unit soit toujours plus fort que ce qui nous divise. On n’a pas le droit d’aller agresser d’autres camerounais qui font leurs activités. Le boycott par l’agression ne saurait être accepté. Laisser ces enfants travailler, elles ne sont pas notre cible. Détruire leur business n’aidera en rien la révolution. Le plus important c’est le Cameroun de demain. » a-t-il déclaré dans son direct.

En effet, le « meet and great » de Nathalie Koah s’inscrit dans le cadre de la promouvoir son deuxième livre « Renaitre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.