Roland Ékodo Mveng : « La BAS a rendu un hommage à Nkodo SI Tony au Concert du MRC »

Alors que le débat s’enflamme sur l’initiative de certains camerounais de la diaspora de boycotter le spectacle de l’artiste Grâce Decca à Paris, le Dr Siméon Roland Ékodo Mveng conseille à ce groupuscule « de ne pas troubler le concert » de l’artiste, qui selon lui, « est une icône de la musique camerounaise et qui est très affectueuse »

Dans son texte très partagé dans les réseaux sociaux, Ekodo Mveng estime que Grace Decca a toujours fait preuve d’intégration à l’exemple de sa consœur Kareyce Fotso qui « parle et chante en éwondo couramment comme une autochtone ».

Ci-dessous, le texte du Dr Roland Ékodo Mveng 

« Arrêtons de cogner leurs têtes par des comparaisons malsaines.

Grâce Decca et Kareyce Fotso sont des ponts culturels au Cameroun, aussi bien par leurs attaches sociologiques que par la variété de leurs répertoires discographiques.

En épousant un bamiléké Grâce Decca a fait montre d’une grande flexibilité culturelle dans des contextes camerounais où les mariages inter claniques sont silencieusement proscrits par les derniers remparts de l’endogamie et du tribalisme conservateur. On l’a vu également esquisser des refrains dans d’autres langues du pays.

Kareyce Fotso également est née à Yaoundé et a grandi à Mvog-Ada. Elle parle et chante en éwondo couramment comme une autochtone. Donc elle sociologiquement Béti et non essentiellement de l’Ouest, suivant le cynique rattachement tribal à Maurice Kamto que certains esprits retors de la division tribale veulent faire.

Je conseillerais à la BAS de ne pas troubler le concert de Grâce Decca qui est une icône de la musique camerounaise et qui est très affectueuse, même si on attend désormais beaucoup plus d’engagement militant de l’artiste dans un contexte de guerre et de crises.

Mais à la vérité, tous les artistes n’ont pas une sensibilité politique ou alors ne sont pas prêts à payer le prix d’une violence institutionnelle, d’un asile, d’une retenue de leurs minces droits d’auteurs ou d’une exclusion de prestation dans de grands événements nationaux avec lesquels ils arrondissent leur fin du mois dans un environnement chaotique et misérabiliste de piratage des droits d’auteurs et des œuvres d’arts.

Il faut également confesser en toute vérité, et au cas où la BAS associerait Grâce Decca aux tambours du régime ou aux musiciens du palais, que dans chaque pays, il y a des musiciens de gauche et de droite sans que cela ne tourne à la haine.
Il faut in fine, relativiser l’idée que le Concert Grâce Decca serait menacé de boycott en France par la BAS au simple motif qu’elle ne soit pas Bamiléké comme les membres de cette organisation suivant la description des partisans du régime.

En raison du fait que Madame la Ministre Kétcha Courtes qui est Bamiléké fût débarquée dans une église en France il y a deux ans pourtant elle est de l’Ouest. Steve Fah aussi vient de faire les frais de cette BAS sans être inquiétée. Le concert de Valsero qui est Béti n’a réussi que parce qu’il pouvait compter sur ces camerounais de la diaspora majoritairement opposés au Régime. Ces mêmes gars de la BAS ont rendu un hommage à Nkodo SI Tony au Concert du MRC à Paris et même durant ses obsèques.

Conclusion, même si la plupart de ceux qui furent attaqués sont du grand groupe Béti et parce qu’ils sont idéologiquement proches du régime, l’hypothèse du choix ethnique des cibles de la BAS est intellectuellement insuffisante, discutable et falsifiable ».

Guy La Force
Guy La Force

Laisser un commentaire

Contactez-nous